JUDITH ET HOLOPHERNE

        La terre tremble sous la rage du seul roi du monde, Nabuchodonosor. A l'orient, comme à l'occident, les villes et les villages fuient devant ses armées. l'automne est arrivé au printemps et laissera à jamais, sur la terre, la roche et les rivières la couleur du pourpre... Alors arriva Judith, celle qui viendra hanter les vivants d'aujourd'hui … 

Au fil d’une vie, au fil des siècles, nous assistons sans discontinuité, à des conflits qui à tous les niveaux ont opposé ou qui opposent l’oppresseur et l’oppressé, le bourreau et la victime. Aucun évènement n’appartient exclusivement à la période où il s’est déroulé. Toujours il a existé une Judith pour terrasser un Holopherne...

L’action de la pièce se situe tant à Béthulie, des siècles avant notre ère, que dans un camp de femmes, sous le IIIème Reich, et tout en même temps, en Arménie, jusqu'à aujourd'hui. 


        Cette constance, cette répétition des crimes dans l’Histoire, est illustrée ici sur le lieu du plus grand théâtre du monde, la scène, où l’on voit le Commandant d’un camp de concentration, qui prononce les paroles prises dans la Bible, en même temps que celles d’autres de ces « terreurs de tous les peuples de la terre » qui dominèrent  le monde jusqu'à aujourd'hui…