ILLUSIONS

 

d'Ivan Viripaev

Des sujets universels (l’amour, l’amitié) aux rebondissements vaudevillesques, l’histoire de la pièce est apparemment commune: celle de deux couples mariés depuis cinquante-quatre ans. Dennis et Sandra, d’un côté, Albert et Margaret de l’autre, amis proches, retracent leur vie amoureuse au travers d’anecdotes et de déclarations. Mais les choses se corsent quand on apprend que ces simples amis ne sont pas seulement des amis, et que des « relations très étroites se sont établies entre eux » !

La force de cette pièce repose dans sa forme et son style novateur. L’idée de monter ce texte, cet auteur, est avant tout liée à la puissance de son écriture et l’incontrôlable vivacité de ses personnages qui juste avant de mourir, tentent de dresser un bilan. Mais le bilan est-il toujours celui que l’on croit ?

Dans notre spectacle les acteurs sont à la fois personnages et performants, juges et simples témoins. C’est en cela que la forme est novatrice et nous avons taché de travailler dans ce sens car la distanciation qui s’établit entre le personnage et notre point de vue de narrateur apporte un angle neuf. Le spectateur est à nouveau interpellé en voyant les acteurs sur scène : racontent-ils leur propre histoire ou bien sont-ils les personnages ? Chacun se construit sa propre opinion.

La pièce fait la part belle aux mots. Chacun d’entre eux est choisi, précis, simple et percutant. Mais ils peuvent aussi parfois être violents. Comme l’exprime si bien la citation de Pearl Strachan Hurd (politicien britannique des années 1930) tirée du programme de la version anglaise de la pièce, « Handle them carefully, for words have more power than atom bombs ». En effet, les mots et leur pouvoir destructeur permettent une mise en scène simple et dépouillée, sans besoin d’artifices. Nous favorisons une immersion dans l’imaginaire, appuyée sur un récit très visuel. L’absence du quatrième mur entre la scène et les spectateurs est une volonté de l’auteur que nous avons tenu à respecter car ces quatre narrateurs viennent raconter une histoire au public, ils veulent la partager. C’est une rencontre entre les acteurs et les spectateurs.

La pièce s’articule comme une recherche collective sur l’amour et sur le sens de la vie, l’auteur n’impose jamais son point de vue mais il nous permet de nous interroger et de nous questionner. Cette interactivité entre acteurs et public permet de faire évoluer la représentation chaque soir, puisque le spectacle émane de la rencontre entre ces deux protagonistes. Le spectacle n’est donc pas figé mais en perpétuel mouvement.